Qu'est ce que le SYSTEMA ?

 

Le Systema puise son origine dans plusieurs sources différentes.

P armi toutes ces sources, les deux influences principales se retrouvent surtout dans le Sambo avec l’intégration de la gymnastique militaire appliquée dans les arts martiaux russes anciens : remontant jusqu’à l’époque des Cosaques, qui pratiquaient eux aussi un art martial très proche et sans doute en partie issue des luttes traditionnelles mongoles.

Diverses autres méthodes de combat de corps à corps Sovietique et provenant d’autres origines, datant de la Seconde Guerre mondiale, ont également influencé le Systema.

Le systema se définit comme un art où l'économie des mouvements et la décontraction sont des éléments primordiaux au combat. Il peut comporter plusieurs similitudes relatives aux techniques de l'aïkido, du taiji quan et des arts martiaux dits “internes” en général. Son design est destiné à être hautement adaptable et pratique.

L’entraînement s’effectue aux moyens d’exercices basés sur la biomécanique du corps humain, des exercices de respiration et entraînement avec partenaire(s), au lieu des kata traditionnels prédéfinis.

L’emphase est placée principalement sur les six leviers du corps (coudes, cou, genoux, taille, chevilles et épaules), ainsi que sur l’enseignement des points de pression et leurs applications de même que sur les renversements et projections. Il n’y a pas, à proprement parler, de techniques qui sont enseignées au systema. L’enseignement se base plutôt sur l’apprentissage de principes liés au combat et qui favorisent l’improvisation en toutes circonstances.

 

Les coups portés sont relativement libres, contrairement à la majorité des arts martiaux orientaux ; il n'y a pas de postures, ni d'enchaînements prédéfinis. Le pratiquant est libre de développer son imagination. L'aspect technique concerne plutôt la façon de donner les coups. Durant les combats, les coups sont systématiquement portés ; le geste va jusqu'à son terme. C'est la vitesse de l'exercice qui varie en fonction du niveau des combattants, ce qui permet de décomposer des attaques réelles et petit à petit d'augmenter sa vitesse d'exécution.

Au systema, il n'y a pas de grade ni de tenue spécifique. Les cours se déroulent autour de différents exercices :

• Exercice en un contre un.

• Exercice en position particulière (assis sur une chaise, dans un couloir, contre des armes blanches ou armes à feu, etc.).

• Exercice à plusieurs contre un (2, 3, etc.).

• Exercice tous contre un, ou tous contre tous, appelé le Mass Attack :

1) Un groupe s'en prend à un seul participant tout en l'encerclant, le défendant devant apprendre à se déplacer, esquiver, se protéger et s'échapper.

2) Le cas chacun pour soi : les participants doivent chercher à se maintenir constamment en mouvement, et ne pas tenter de contrôler les absorptions de coups, cela étant impossible. Ils doivent chercher à rester détendu, cet exercice comme beaucoup d'autres étant principalement effectué pour le conditionnement psychologique, pour rester détendu quand c'est difficile.

La respiration est la pierre angulaire du systema. L'apprentissage et le contrôle de sa respiration doivent permettre de dissiper la douleur, de porter les coups et d'attaquer avec conscience et efficacité, et d'être dans de bonnes conditions psychologique et physiologique d'aptitude au combat. En fin de cours, tous les combattants se retrouvent en cercle pour discuter des exercices.

C'est le moment de l'apprentissage théorique et collectif.

 

Les plus du SYSTEMA :

La Relaxation totale permet une efficacité créative maximum, avec l’utilisation d’un minimum d’énergie.

Absence de  katas, de règles, de maître, de grades, de tenue spécifique, de compétition.

Activité ludique d’entretien physique et de développement psychique accessible à tous et à toutes

Une étonnante gestion de la douleur par la respiration.